le secre de la chambre noireVendredi 10 mars 2017, UGC Ciné Cité Les Halles.

Triste et mélancolique, voici encore un très beau film de Kiyoshi Kurosawa sur une nouvelle variante des rapports qu'entretiennent les vivants et les morts, avec toujours la culpabilité et la folie des premiers. Un grand photographe (Olivier Gourmet) et son assistant (Tahar Rahim) fixent grandeur nature sur des daguerréotypes l'image d'une jeune femme, vêtue à la mode du Second Empire. Le modèle (fascinante Constance Rousseau en brindille désincarnée), astreint à d'épuisantes séances, est la fille du photographe et remplace sa mère, qui s'est suicidée plusieurs années auparavant. Les frontières ne cessent de s'estomper entre présent et passé, réalité et mirages. Il reste juste un espace ténu comme un fil, imprévisible, où les vivants  conversent avec leurs défunts. A la sortie de la séance de ce film prodigieusement beau et déroutant, tout paraît bien trivial.